D


Ce lexique regroupe quelques termes techniques ou jargonneux – souvent employés par les spécialistes du Web, des technologies de l’information et du Webmarketing – qui émaillent les articles d’e-sens.


Datamining

Exploration des données

Technique d'analyse utilisant un logiciel pour dénicher des tendances ou des corrélations cachées parmi des masses de données, ou encore pour détecter des informations stratégiques ou découvrir de nouvelles connaissances, en s'appuyant sur des méthodes de traitement statistique.

 

Datawarehouse

En français : « Entrepôt de données ». Soit un volume important de données, stockées dans des bases de données de ‘entreprises. Ces données sont manipulées par des logiciels dédiés qui permettent d’obtenir à la demande et de façon synthétique des consolidations, des croisements, des extractions, … c’est l’un des outils d’aide à la prise de décision dans l’entreprise. Ces données sont souvent mises à disposition des personnels autorisés de l’entreprise au travers de son réseau intranet.

 

Dégroupage

Le dégroupage est une opération technique permettant l'ouverture du réseau téléphonique local à la concurrence. Les opérateurs tiers ne disposent pas des infrastructures physiques du réseau, la boucle locale, qui appartient à l'opérateur télécom historique (France Telecom en France, BT au Royaume-Uni, Telefonica en Espagne, Deutsche Telekom en Allemagne, Swisscom en Suisse, …). Le dégroupage permet aux opérateurs concurrents de bénéficier d'un accès direct à l'utilisateur final. Ils sont en mesure de contrôler de bout en bout le réseau et de fournir ainsi un service différencié de celui de l'opérateur historique. Ceci s’accompagne pour l’usager d’une baisse de tarif car dans le cadre du dégroupage il n’a plus à payer de prestation à deux prestataires : celui qui met à disposition l’infrastructure et celui qui lui fournit l’accès à Internet. Les deux prestations sont alors proposées par le même fournisseur.


DNS (“Domain Name Server”)

Les adresses IP qui identifient les machines reliées à l'Internet, en particulier les serveurs qui hébergent les sites web, sont sous forme d’un ensemble de 4 valeurs numériques (exemple : 197.144.100.01). Parfaitement impossible à mémoriser en l’état et donc anti marketing ! Le DNS est un protocole assurant la conversion entre les noms en clair des sites, les url comme www.lesiteweb.com est son adresse IP unique associée.

 

Domaine (“Domain”)

Les réseaux sont organisés hiérarchiquement et les noms utilisés pour les sites qui s’y trouvent traduisent cette hiérarchie. C’est la subdivision la plus haute des noms de domaines. Sont ici indiqués le pays d’origine du site (.ch .fr .eu …) ou le type d’activité (.com .edu .asso .gouv …).

 

Données

Elles sont le cœur du Web social, dit 2.0, où les internautes interagissent entre eux, produisant des données que les plates-formes accumulent, trient et consolident dans l’espoir de les monétiser pour en faire le fondement de leur modèle économique. Elles viennent de l’usager lui-même qui donne de l’information sur lui volontairement, mais aussi « à l’insu de son plein gré » en se connectant, par exemple, avec son mobile qui permet à cette occasion de le géolocaliser. Elles viennent aussi d’autres usagers qui complètent le profil d’une personne en taguant une de ses photos, en précisant qu’ils étaient sur les bancs de l’école ensemble…

Elles s’accumulent et se maillent jusqu’à former un « graphe social » (par exemple l’Open Graph de Facebook) qui est la colonne vertébrale des réseaux sociaux, et probablement du Web de demain.

Certains n’hésitent pas à qualifier les données produites par les usagers (User Generated Content) de nouveau media tant elles se généralisent et portent, d’une part la valeur des sites Web qui cherchent à les accumuler puis à les monétiser, et d’autre part une force de persuasion pour les internautes futurs consommateurs.

L’enjeu juridique autour de ces données n’est pas négligeable pour ce qui concerne la protection de la vie privée d’un côté et la propriété intellectuelle de l’autre.

Le marketing doit lui aussi s’adapter en mettant en place des techniques d’animation qui permettent d’obtenir ces données indispensables à la survie des marques. Le « marketing de la permission » va tenir une place grandissante.

Les institutions publiques que sont les régions, les villes, les gouvernements ne sont pas en reste sur ce volet de l’Open Data (exemple. : le portail du gouvernement français www.data.gouv.fr). Elles avancent à marche forcée pour la mise à disposition des masses de données dont elles disposent. Mise à disposition qui se fait sous licence ouverte, rendant les informations concernées à même d’être adaptées et diffusées, sous réserve d’en citer la source.

 

DotCom

Traduit en français « point com » par référence aux extensions des sites web à vocation commerciale. Une « dot com » est une entreprise dont les activités sont développées sur Internet. Si au départ les startups du web avaient adopté des noms de marque se terminant par ‘.com’ pour affirmer leur appartenance à la mouvance Internet (Amazon.com, ebay.com, …) aujourd’hui, nombre d’entreprises dont le web n’est pas le canal exclusif disposent d’une extension en .com de leur marque..