Quand l'individu devient une marque | Novembre 2012


Maitrisez votre identité numérique

La création de sa marque digitale passe par les interactions que l’on crée soi-même sur le Web. Blogs, sites personnels et réseaux sociaux sont des outils de personal branding dans l’espace numérique. L’auto-promotion fonctionne pour autant que le principe du Web soit respecté: savoir donner avant de recevoir.

Sur le Web, les identités sont multiples et se confondent (privées/professionnelles). Se distinguer et garantir une signature sont les fondements de toute marque. Avec l’apparition du personal branding, la tendance n’est plus de se cacher derrière des pseudonymes, mais favorise la transparence. L’accent est mis sur la capitalisation de toutes ses interactions sur le Web sous un seul et unique nom.

 

Devenir leader d’opinion grâce à son blog

La création de blogs s’est démocratisée grâce aux plateformes gratuites et simples à utiliser telles que Wordpress, Blogger ou Tumblr. Cette forme de journal intime sur le Web est un espace d’information, d’échange, de partage et de communication. Le bloggeur rédige des articles sur des sujets qui le passionnent et les poste sous forme de billets dans l’espoir de susciter des réactions.

La spécificité de ce média est l’abandon des rôles traditionnels de rédacteur et lecteur ainsi que l’abolition de la frontière entre l’auteur professionnel et l’amateur. La réussite d’un blog se mesure par le nombre d’interconnexions avec d’autres bloggeurs, le trafic, la fréquence des échanges, le nombre de commentaires ainsi que la reprise des publications.

L’utilisation d’un agrégateur de blogs tel que regator.ch permet un gain de temps considérable. Au lieu de visiter quotidiennement les blogs suivis, il suffit de définir les blogs cibles via cet outil de curation. La recherche de nouveaux billets est ainsi automatisée et la transmission est instantanée via des flux RSS.

La blogosphère est devenue la plus importante source d’inspiration des journalistes. Aux Etats-Unis, par exemple, 89% des reporters se servent des blogs pour rédiger leurs articles (réseaux sociaux 59%, Twitter 52%). Cet exemple illustre la puissance de certains blogs dont les auteurs semblent devenir de véritables leaders d’opinion.

 

Réseaux sociaux: des accélérateurs de votre notoriété

L’enjeu consiste à gérer de manière proactive son profil sur les réseaux sociaux pour en tirer pleinement profit. Le côté chronophage de cette gestion oblige à choisir les bons réseaux en fonction de leur pertinence (type de réseau, profil, nombre d’adhérents, implémentation, réputation). Les réseaux sociaux professionnels semblent être les plus adaptés pour réussir son personal branding. Par rapport aux réseaux sociaux communautaires tels que Facebook, ils se distinguent par leur côté sérieux et orienté professionnel.

LinkedIn, fondé en 2003, est avec ses 187 millions d’adhérents dans 200 pays l’un des réseaux professionnels les plus importants. Outre les fonctions de mise en réseau de contacts professionnels et la publication de données personnelles telles que CV, compétences et aspirations, il permet également d’obtenir des recommandations de la part de son réseau. Il offre une fonction d’agrégation sous forme de rapports personnalisables au niveau du contenu et de la périodicité. Changements de postes, ajouts de compétences, publications de textes, adhésion à des forums, nouveaux membres: tout ce que l’on souhaite savoir sur ses contacts est rapporté d’une manière totalement automatisée.

Le facteur de multiplication de contacts est un aspect intéressant pour le personal branding. En prenant comme exemple 300 contacts directs, une personne peut générer 90'000 contacts de 2e degré et plusieurs millions au 3e degré. En proposant ces relations, LinkedIn aide ses membres à compléter leur réseau professionnel. L’adhésion à des groupes d’intérêts professionnels proposée par LinkedIn en fonction du profil est un autre multiplicateur de contacts. Les discussions et échanges thématiques font partie des activités qui vont renforcer la visibilité et la crédibilité de la marque personnelle.

Concernant les réseaux communautaires, certains essaient de passer d’un réseau purement privé/privé vers un réseau privé/professionnel en mélangeant les genres. Ainsi, Facebook offre, depuis peu, une fonction de séparation des amis de la sphère privée et des contacts provenant de la sphère professionnelle. Cette option semble particulièrement convenir aux générations antérieures aux digital natives.

Pour bien des recruteurs, Facebook est le «côté obscur de la force». On y cherchera davantage les défauts que les qualités d’un candidat via des publications compromettantes. Savoir gérer l’instantanéité dans la durée et se souvenir que le droit à l’oubli n’existe pas sur le Web est un enjeu majeur dans le personal branding. 

 

 

 

 

Netvibes.com: surveiller son e-identité

La surveillance régulière de son e-identité permet de réagir rapidement si des connotations négatives associées à sa marque personnelle devaient apparaître sur le Web. La mise en place d’un outil de surveillance de mots-clés tel que Google Alerte sur le moteur de recherche du même nom est essentiel mais insuffisant. L'idéal est de reproduire cette opération dans chaque domaine. Cette démarche semble pourtant très lourde en matière de temps.

Ainsi, des plateformes comme Netvibes (gratuites pour le service basic) permettent une veille en temps réel via des flux RSS sous forme d’un tableau de bord personnalisable. Pour cela, il faut identifier les domaines et les sites que l’on cherche à surveiller sur le Web. A chaque domaine son outil de surveillance: Boardreader pour les forums, Backtype et Twingly pour les blogs ou microblogs, Socialmention pour les réseaux sociaux et Twitter Search pour n’en citer que quelques-uns. La surveillance des sites comme Flickr (photo) ou Youtube (vidéo) est possible bien que moins fiable, car l’identification des mots-clés suppose que l’appellation de la photo ou vidéo postée ait été faite correctement.

La définition des critères de recherche en termes de mots-clés est capitale: le nom de la marque personnelle doit être complété avec des variantes, y compris celles comprenant les fautes d’orthographe courantes. L’étape la plus longue consiste à insérer tous les mots-clés sur les différents sites de surveillance et de créer les flux RSS vers le tableau de bord Netvibes. L’évaluation quotidienne permet de voir dans quel contexte la marque est citée et s’il y a lieu d’intervenir. Dès lors, il devient possible de piloter sa marque grâce aux indicateurs figurant sur le tableau de bord Netvibes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources:

 

Ouvrages publiés:
  • Brahimi, Fadhila, «Moi 2.0 - Devenez l’entrepreneur de votre vie grâce au personal branding», adaptation de la version originale de Dan Schwabel, Leduc Editions, 2011
Sites web: 
Image: 

 

 


dossier préparé par:


Julie Batard, Loïc Favre, Nina Kallela, Marcel Mettler, Nabil Sahraoui