Commerce mobile : vers l'achat e-media | Avril 2013


Le renouveau des ventes flash

L’arrivée des tablettes numériques et des smartphones révolutionne nos manières de consommer. L’impulsivité et l’instantanéité motivent les mobinautes d’aujourd’hui dans leurs achats. Acheter partout à tout moment! C’est le nouveau créneau. Les ventes flash accentuent cette vague. Ce phénomène a été facilité grâce au web et au m-commerce.

Un concept déjà bien connu

Les ventes flash ou les ventes privées sont aujourd’hui utilisées par les entrepreneurs du web afin de faire du déstockage des collections de saisons précédentes. Ces sites sont présents dans plusieurs domaines tels que la mode, l’électroménager, les cosmétiques ou les voyages… Ce concept a connu un essor exceptionnel grâce au m-commerce.

Ce type de commerce en ligne est présent sur internet depuis les années 2000. Les ventes flash sont génératrices de trafic mais surtout, elles permettent de fidéliser une clientèle sur des gammes précises de produits. «Le «boost» d’audience et les ventes additionnelles que génèrent les ventes flash ont convaincu des sites tels que Rue du Commerce, Top Achat et Voyages-SNCF.» Ce concept répond aux besoins d’instantanéité du client car les produits ne sont en vente que durant un temps limité. Ce qui séduit le client, c’est la nouveauté permanente et l’effet de surprise.

Groupon une expérience nuancée

Afin de comprendre l’engouement des ventes flash, je télécharge l’application «Groupon» sur ma tablette et décide de tenter l’expérience. Le but est de dénicher de bonnes affaires et de régler la transaction en un temps record. Je décide de me laisser séduire par une escapade gourmande en duo. La réduction est de 62% et il me reste exactement 1 heure et 26 minutes pour en profiter. Le décompte s’emballe. L’offre me semble attrayante. En revanche, quand je regarde de plus près, je me rends compte que les conditions particulières pour obtenir le tarif préférentiel sont assez restrictives. Les périodes estivales ne sont pas comprises et certains jours de la semaine sont imposés. Bref, ce tarif ne permet pas une liberté totale. Je décide tout de même de me lancer.

En les contactant, je prends conscience que cette escapade ne va pas être facile à réaliser. En effet, le traitement de ma demande n’est pas une priorité par rapport aux clients payant le prix plein. Il est difficile de réserver la date que je souhaitais initialement. Je dois donc me résoudre à réserver une date qui n’était pas prévue au programme. Heureusement que je ne voulais pas fêter mon anniversaire de mariage!

Bilan de l’expérience: le prix est somme toute attractif et m’a fait économiser 62% du montant total. Cela n’est pas négligeable. En effet, la flexibilité n’est pas toujours au rendez-vous mais à ce tarif, l’exigence est-elle encore de mise? De plus, le site Groupon est assez critiqué dans les médias. En effet, «le 13 octobre dernier, une enquête du site Thumbtack montrait qu'aux États-Unis l'entreprise gonfle, dans la grande majorité des cas, le prix des offres qu'elle propose, pour afficher des réductions plus importantes.»

Qoqa une expérience addictive

Je décide de me pencher sur un autre site tout aussi efficace. Le site Qoqa propose tous les jours un seul et unique produit à un prix défiant toute concurrence. Le site utilise le principe du stock limité. Il faut donc se dépêcher pour profiter du deal. Le but de ce concept est de provoquer un achat impulsif du client. Cela permet de créer l’exclusivité et rend le consommateur accro car l’envie de s’y rendre quotidiennement est forte. D’ailleurs, le site l’a bien compris avec son slogan, mis en avant sur la page d’accueil: «ta dose quotidienne de bonnes affaires». L’exclusivité et l’envie sont les clés du succès de ce site.

C’est un excellent outil marketing pour générer du trafic. Qoqa a su tirer son épingle du jeu en proposant des voitures à prix cassés pour faire parler de lui telles que des Porsche ou des Renault Twingo.

Impatiente de connaitre l’affaire du jour, je me connecte donc sur le site plusieurs jours de suite. A la première connexion, le site me propose un disque dur externe à un excellent prix. Malheureusement, le stock est déjà épuisé. Le lendemain, bonne surprise! Le site me propose une station météo et analyseur d’air. Le produit est disponible et les informations présentes sur le site sont excellentes: vidéo, description, commentaires… Bref, tout y est! Je décide donc de me lancer et de procéder à l’achat. La démarche est simple. Je communique mon adresse email, je rentre mes coordonnées bancaires et hop, le tour est joué. Ma commande est passée et sera livrée dans les 5 jours ouvrables. L’expérience s’est avérée concluante. L’acte d’achat est rapide, il n’y a pas de mauvaise surprise sur le produit, le prix est attractif et la livraison s’est déroulée sans accros.

Phénomène pour consommateurs avisés

Malgré l’engouement pour ces ventes flash, les expériences ne s’avèrent pas toujours aussi concluantes et positives. Comme troisième expérience, je m’inscris sur «Rue du Commerce». Je trouve un vase magnifique que je voudrais offrir à ma mère pour son emménagement le mois prochain. Je passe commande, entre les détails de ma carte de crédit et valide mon panier. L’achat est terminé! Une fois la commande passée, je me rends sur mon compte «Rue du Commerce» fraichement créé et là, mauvaise surprise! Mon vase est en rupture de stock et la commande, annulée sur le champ. Déçue, je décide de contacter le service client. Ces derniers m’indiquent que le produit n’est plus disponible et que je serai remboursée. Après cet échange téléphonique, je me rends de nouveau sur la page d’accueil et là, stupéfaction! Le produit est toujours indiqué comme «encore disponible». Il semblerait que cette gestion permette d’attirer le client sur le site et de maintenir un trafic important. Néanmoins, cette expérience m’a laissée sur ma faim!

Le bilan de mes expériences

 Grâce au m-commerce, les ventes flash ont pu connaitre un essor exceptionnel. Le nombre d’applications et de sites dédiés aux ventes flash n’a cessé d’augmenter. Avec mes expériences personnelles, j’ai pu constater que le mobinaute doit être un consommateur avisé. D’ailleurs, cela me semble d’avantage le cas que dans le commerce traditionnel. D’un côté, ces ventes flash m’ont permis d’éviter de courir dans les magasins pour dénicher les bonnes affaires, de faire la queue à la caisse et de supporter la foule en période de soldes. Ce qui peut s’avérer être un vrai cauchemar! D’un autre côté, la tentation de l’achat est présente en permanence. Les alertes emails me permettent d’être informée des ventes qui vont avoir lieu à n’importe quel moment de la journée. Ce ne sont pas toujours des achats réfléchis… Le constat est tout de même positif. L’engouement des consommateurs lors de la mise sur le marché de nouveaux smartphones laisse supposer que le m-commerce est un véritable levier de croissance.

Selon les mobinautes, et pour nuancer le succès des ventes sur mobile, «un quart ont déclaré qu'ils utiliseraient leur appareil mobile plus fréquemment pour effectuer des achats si les sites web étaient optimisés pour le faire. Cette «pénurie» entraîne des frustrations.» Il est vrai que bon nombre de sites ne sont pas encore complètement efficaces! La raison de ce retard est le coût important de la mise en place de ventes mobiles. Ce coût freine probablement le développement du m-commerce en Europe.

Pour en prolonger la réflexion - nos sources :

Antoine Duvauchel, «Salon E-commerce le mobile sur toutes les bouches, mais…» 2012, [en ligne] http://www.zdnet.fr/actualites/salon-e-commerce-le-mobile-sur-toutes-les-bouches-mais-39782697.htm [consulté le 29 mars 2013]

Au Piquet, «Groupon, après l’engouement, la chute» 2011, [en ligne] http://www.atlantico.fr/decryptage/groupon-apres-engouement-chute-site-internet-achats-groupes-206170.html [consulté le 26 mars 2013]

« Augmenter l’engagement client grâce à l’email marketing de type «Vente Flash» », Livre blanc (extrait), 2011 [en ligne] http://www.experian.fr/cheetahmail/ressources-marketing/livre-blanc-email-marketing-de-type-vente-flash.html [consulté le 24 mars 2013]

Olivier Chicheportiche, «M-commerce : quels sont les freins ?» 2012, [en ligne] http://www.zdnet.fr/actualites/m-commerce-quels-sont-les-freins-39773139.htm [consulté le 30 mars 2013]

Laurence Faguer, «Le phénomène Groupon» 2012, [en ligne] http://www.cercle-md.com/Le-phenomene-Groupon_a363.html [consulté le 25 mars 2013]

Solveig Emerard-Jammes, «Pourquoi ont-ils été séduits par les ventes flash ?» 2007, [en ligne]  http://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/analyse/070926-enquetes-ventes-flash-modeles-attentes/ [consulté le 26 mars 2013]

«Les ventes privées sur internet» http://www.blog-ventes-privees.com/generalites/ [consulté le 20 mars 2013]

Crédit images :
http://aquitem.surleblog.fr/2012/08/le-m-commerce-a-un-bel-avenir/

 


dossier préparé par:


Julie Batard, Nathalie Duboux, Marjorie Dycke, Laura Moreau