Big Data : la prévision en mode numérique | Janvier 2013


Prédire pour agir, journal d’un connecté

Et si nous pouvions exploiter efficacement toutes les données dispersées sur le web pour rendre la vie plus facile ? Facebook Analytics, Google Now ou Hunch.com sont autant d’outils de prédiction permettant un tel résultat. En voici un scénario fictif à la première personne basé sur des outils et des faits réels.

19 décembre 2012

18h15 : D’après les analyses sémantiques de quelques millions de statuts de ses membres, Facebook prédit grâce à « son Bonheur National Brut » un pic qui commence dès aujourd’hui. Pour ma part, cette période est  toujours problématique car, comme d’habitude, je n’ai pas trouvé de cadeau de Noël pour ma petite amie.

« Tiens, et si je faisais un tour sur Hunch.com ? La plateforme me permettra de lui choisir le cadeau parfait ! » me suis-je dit tout d’un coup.

Pour ce faire, il me suffit simplement de répondre à quelques questions sur sa personnalité, d’indiquer les films ou livres qu'elle aime et avoir une idée de ses goûts généraux. Ensuite, Hunch.com me proposera des suggestions par rapport à son profil grâce à son système de taste graph. Celui-ci est basé sur des données archivées et permet ainsi de faire des corrélations surprenantes entre deux intérêts totalement différents. Vous croyez aux enlèvements extra-terrestres ? Hunch.com prédira alors que vous préférez boire du Pepsi plutôt que du Coca… 

Après quelques minutes à répondre à des questions du style : « Mangez-vous des fruits frais quotidiennement ? » - elle adore les fruits frais! -, Hunch.com me recommande le « Canon EOS 7D ». Le cadeau IDEAL… si elle ne l’avait pas déjà acheté le mois dernier. Cela m’aura au moins permis d’être bluffé par l’algorithme de cette plateforme. Une petite escapade sur Paris peut-être ? J’ai toujours rêvé d’y aller ! Je continuerai mes recherches sur internet un peu plus tard.

 

20 décembre 2012

07h15 : « Bip ».

Etrange, mon smartphone a sonné 15 minutes avant l’heure habituelle. Un rapide coup d’œil sur l’écran et je m’aperçois que c’est mon assistant prédictif Google Now qui m’informe que ce matin, à cause des embouteillages, je devrais mettre un quart d’heure de plus que d’habitude pour me rendre au travail. Son système de géolocalisation couplé par mon historique de déplacement m’a secouru plus d’une fois. D’ailleurs, celui-ci m’a même prévu un itinéraire alternatif me permettant de gagner quelques minutes précieuses.

07h45 : Sur le pas de ma porte, un deuxième bip retentit de mon smartphone. Google Now m’annonce qu’il va pleuvoir cet après-midi, il ne faudra pas oublier mon parapluie ! Cela me permettra de marcher un peu plus à pied, histoire de battre mon record personnel de distance pédestre du mois dernier mesuré et archivé par mon assistant numérique. J’en profiterai pour vérifier la météo sur Paris via la même application.

12h30 : « Pause déjeuner bien méritée ! ».

Temps d’estimation pour arriver à l’heure au restaurant de sushis : 10 minutes à pied. Celui-ci a ouvert la semaine dernière à côté de mon bureau et fait des promotions exceptionnelles pour son ouverture. Je dois avouer que je ne sais pas exactement où se trouve ce restaurant ni même à quoi il ressemble. A vrai dire, c’est la fonction « Places » de mon assistant Google Now qui me l’a trouvé automatiquement  et m’a prévenu par message pour les promotions. A force de faire des recherches sur le Japon pour le travail, celui-ci  a dû penser que je suis un fan de sushis ! Il ne lui restait plus qu’à coupler mes historiques de recherche et les derniers restaurants ouverts récemment dans ma ville pour m’informer de cette nouveauté instantanément.

15h30 : « Biiip ». Information importante :

«  Grève des trains sur Paris » m’affiche mon assistant virtuel.

Même si en ce moment je suis sur Genève, cela va m’être très utile d’avoir cette information lors des réservations des billets pour mon fameux cadeau. « Note à moi-même : prendre l’avion pour aller à Paris ! » dis-je à haute voix. La note est bien sûr électronique par l’intermédiaire de la reconnaissance vocale de mon smartphone.

17h45 : Il est temps de rentrer. Ecouteurs vissés aux oreilles, je savoure la playlist des « Gospel Dreams » que j’ai téléchargée hier grâce aux suggestions de Hunch.com. Cela me mettra dans l’ambiance avant de passer devant le petit marché de Noël que m’a annoncé la fonction « Nearby events » de Google Now pour acheter du…

« Comment dit-on déjà ? Lebkuchen en français », demandais-je à voix haute à mon smartphone.

Résultat de la traduction : « Pain d’épices ».

« Voilà ! Merci le service de traduction en temps réel ! » m’exclamais-je.

18h00 : « Biiip », une notification m’informant que le marché de Noël de ma ville vend du pain d’épices. 

« Ca, je le savais déjà Google ! Pour une fois je t’ai devancé ! ».

18h01 : « Bip bip », mon téléphone retentit une seconde fois. Je lis :

« Promotion des vols pour Paris depuis Genève jusqu’au 24 décembre dès 65€ ».

 J’ai bien fait de prendre cette note tout-à-l’heure, et cette fois mon assistant virtuel m’a épaté. Un petit tour sur l’application currency pour avoir le cours en temps réel de l’euro vers le franc suisse et il ne me restera plus qu’à réserver un hôtel. Pour les activités, nous verrons sur place. En attendant, je vais désactiver le service le temps de profiter de ma musique. De plus,  j’ai assez donné d’informations sur ma vie privée pour aujourd’hui. Une simple touche à presser et je peux désactiver tous les transferts de mes données personnelles.

19h45 : Une heure trente pour rentrer chez moi, je n’ai pas eu de chance ! Si j’avais su qu’il y avait eu un accident sur le chemin du retour, je n’aurais jamais pris ce bus. La frénésie de fin d’année à tendance à stresser les gens, à quand le « Stress National brut » de Facebook ? D’ailleurs, ma réflexion me fait penser à cette étude que j’ai lue sur le rapport entre Twitter et le cours du Dow Jones. Des chercheurs de l’Université de Bloomington ont trouvé une corrélation entre les sentiments exprimés via des tweets et les mouvements du Dow Jones. Les humeurs des abonnés prédisent ainsi le cours de la bourse deux à six jours en avance avec un degré d’exactitude supérieur à 87%.

Note à moi-même : « analyser les ventes d’antidépresseurs pour devenir millionnaire ».

Cette note-là je ne l’enregistre pas sur mon smartphone ; Google Flu prédit déjà les pandémies de grippe grâce aux mots clés tapés par les internautes, je ne vais pas non plus lui donner d’autres idées.

20h15 : Quelques recherches sur internet plus tard, je trouve l’hôtel parfait pour notre voyage. Il ne me reste plus qu’à regarder un bon film avant de me coucher. Un petit tour sur Hunch.com pour consulter ses suggestions de film par rapport à mes goûts et

« Oh miracle ! » ,…

… Hunch.com me propose des billets pour un concert sur Paris le 24 décembre, les « Gospel Dreams » sont en tournée ! Quelques clics plus tard et j’en aurai terminé avec mon cadeau.

23h15 : Il est temps d’aller dormir après une journée bien chargée.

« Biiip » , fit mon smartphone.

« Quoi ? Google ne connaît-il pas le repos ? »

Il s’agit en fait d’un message de ma petite amie. C’est vrai qu’avec toutes ces péripéties, je n’ai même pas eu le temps de la contacter aujourd’hui

Voyons ce qu’elle m’a écrit… 

« Coucou ! J’ai enfin trouvé ton cadeau de Noël et pour UNE fois tu avais raison, Hunch.com c’est génial pour trouver des idées ! Voici un indice du cadeau que je vais t’offrir : même avec tous les « si » du monde, tu ne pourrais pas la mettre en bouteille ! ».

J’en suis resté bouche bée, la puissance algorithmique m’a pris à mon propre jeu. Suis-je devenu prévisible à ce point ? Note à moi-même : chercher un programme qui prédit les prédictions et accessoirement, trouver un autre cadeau pour ma petite amie.

 

Pour en prolonger la réflexion - nos sources

- Bollen Johan, Mao, Huina , Zeng, Xiao-Jun, «Twitter mood predicts the stock market», [en ligne], 2010, http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1010/1010.3003v1.pdf , [consulté le 16 Janvier 2013];

- Dupin, Eric, « Google Now bientôt dans Google Chrome ? », [en ligne], 2012, http://www.presse-citron.net/google-now-bientot-dans-google-chrome , [consulté le 16 Janvier 2013];

- « Google Now », [en ligne], 2012,  http://www.google.com/landing/now/ , [consulté le 16 Janvier 2013];

- « Hunch », [en ligne], 2012, http://en.wikipedia.org/wiki/Hunch_%28website%29 , [consulté le 16 Janvier 2013];

- Krug, François, « Comment utiliser Twitter pour gagner en Bourse », [en ligne], 2012, http://www.rue89.com/2010/10/19/comment-utiliser-twitter-pour-gagner-en-bourse-172001 , [consulté le 16 Janvier 2013];

- Newmann, Jeffrey, «Web Decision Making-Hunch.com and Caterina Fake»,[en ligne], 2012, http://www.futurevigil.com/2010/08/caterina-fake-hunch-and-data-mining/ , [consulté le 16 Janvier 2013];

- Poncet, Guerric, « Quand Facebook mesure le bonheur national brut », », [en ligne], 2009, http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/2009-10-07/quand-facebook-mesure-le-bonheur-national-brut/1387/0/383641 , [consulté le 16 Janvier 2013] 

Image

- Stevanovic, Jovanna, « Hunch and mind-reading = the future or the threat? », [en ligne], 2012, http://www.thegcommpost.com.au/hunch-and-mind-reading-the-future-or-the-threat/, [consulté le 16 Janvier 2013];


dossier préparé par:


Nadia Atienza, Galya Nizamaldin, Nabil Sahraoui, Lijuan Wu