La curation web, remède à linfobésité | Juin 2012


On trie, on publie, on partage

Chaque semaine, de nouvelles plateformes de curation envahissent notre paysage virtuel. Chacune essaie de se distinguer avec un positionnement innovant mais toutes ont un but commun: donner la possibilité à l’internaute de partager les contenus les plus pertinents du Web.

Les plateformes de curation peuvent fonctionner manuellement ou être automatisées. Les premières permettent à l’humain de décider de ce qu’il veut publier, éditorialiser et partager alors que les secondes fonctionnent sur la base d’algorithmes qui vont chercher des contenus sur le Web selon un certain nombre de critères prédéfinis par l’utilisateur. Certains outils offrent un mix des deux techniques: ils rapatrient sous forme de liste les informations correspondantes aux thématiques choisies par le curateur – qui choisit finalement les contenus les plus pertinents.
curation casse tete
  Certains sites de curation se sont spécialisés pour répondre à des besoins plus ciblés. Ainsi, il existe quelques outils très orientés knowledge management. Des sites se sont investis dans la curation pour les entreprises et offrent, par exemple, une information essentiellement basée sur des thématiques économiques. D’autres réseaux visent un public plus expert, qui souhaite utiliser la curation dans un but de construction de connaissances. Enfin, les  plateformes les plus courantes s’adressent au grand public et proposent une mise en page simple et facile à utiliser. Dans cette dernière catégorie, un petit nombre mise uniquement sur la curation d’images et de vidéos.

Paper.li, un site de curation 100% automatisé

Paper.li est le réseau de curation développé par l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse. Il permet, comme son slogan l’indique, de «lire Twitter comme un  journal», de regrouper les tweets sur une page réservée à cet effet. Le curateur peut automatiser ses publications en choisissant sur Twitter les contributeurs et en complétant sa sélection de contenu par des mots clés. Les pages se construisent d’elles-mêmes et grâce à l’ajout d'illustrations et de vidéos, le résultat obtenu devient plus lisible.
Une des particularités de Paper.li est de pouvoir choisir la fréquence d’actualisation de son journal en ligne (quotidienne, hebdomadaire, mensuelle). Lorsqu’il est publié, un tweet prévient l’utilisateur (ainsi que les personnes qui le suivent) que la nouvelle page est prête à être consultée. La plateforme offre également la possibilité de lier son journal en ligne à un blog et même à une page web. De plus, il indique qui est l’auteur des publications affichées, ce qui crédibilise fortement le sysrème. Par conséquent, la forte périodicité et le faible investissement en temps font de Paper.li un outil très utile pour faire de la veille sur un sujet précis.

Scoop.it, un outil puissant

Scoop.it est un outil de curation français qui se présente sous la forme d’une revue de presse virtuelle. Il permet à l’utilisateur ou à un groupe d’utilisateurs – c’est son  côté collaboratif –d’automatiser la recherche de contenu en définissant un certain nombre de mots clés relatifs à une thématique. Les informations sont collectées sur les flux RSS, dans les hashtags (mots clés précédés du symbole # sur Twitter), les tweets  ainsi que sur Youtube et Search Video et Google News. Ainsi, le curateur n’a plus qu’à choisir les informations les plus parlantes dans la liste proposée par Scoop.it, avant de les éditorialiser puis de les partager. Pour donner plus d’impact à ses publications, l’utilisateur peut les diffuser sur ses comptes Twitter, Facebook, LinkedIn, Tumblr et même Wordpress (outil de création de blog).
Scoop.it a également développé un plugin qui permet à l’internaute en train de surfer, de sélectionner directement un article intéressant. L’opération ne dure que quelques secondes. Il suffit de cliquer sur le favori « scoop it » de la barre de navigation pour qu’une fenêtre contextuelle apparaisse. L’information retenue est aussitôt republiée sur la plateforme.

Pearltrees, l’arbre perlé

Pearltrees organise les contenus trouvés sur Internet sous forme d’arbre heuristique. Chaque donnée ajoutée à l’interface est représentée par une petite perle. Celle-ci est reliée à une perle centrale qui symbolise la thématique principale. Ce type de curation est strictement manuel, il n’y a aucun automatisme, ce qui rend son contenu extrêmement pertinent mais demande un investissement personnel très fort. Sa force réside également dans la collaboration entre membres. Ceux-ci ont la possibilité de lier les perles entre elles. Pearltrees devient ainsi un outil de choix pour la construction et le partage de connaissances.
Ses fonctionnalités principales sont un moteur de recherche interne, une option de partage des publications sur Twitter et Facebook, et des extensions de navigateur (Chrome et Firefox) qui permettent l’éditorialisation des trouvailles sur le Net.
Ce réseau est très prisé des scientifiques qui peuvent y exposer leurs recherches et faire découvrir leurs travaux au grand public. De même, Pearltrees peut servir à présenter son entreprise de manière innovante.
pearltrees
source :
socialcompare.com
pro.01net.com
scoop.it
paper.li
pearltrees.com/
image source : 
humanodigital.com.ar
beta.angie.fr

dossier préparé par:


Sergio Brotons, Cécile Guitard, Diane Zivkovic, Nathanaël Zutter