Journaliste: une profession aux abois | Mai 2012


Les trois cercles de Rue89

Le site de contenu Rue89 s’est taillé une place de choix dans le paysage de la presse en ligne en développant une information participative articulée entre journalistes, experts et internautes.


Les fondateurs – Pierre Haski, Laurent Mariac et Pascal Riché, trois figures de Libération – étaient sûrs d’une seule chose lorsqu’ils ont lancé en mai 2007 Rue89, une publication 100% online: l’avenir de l’info allait se jouer sur Internet. Pour eux, le Web était un outil magique dont on n’utilisait pas le vrai potentiel et où le journalisme professionnel avait sa place. Leur ambition: marier leur profession à la culture Internet.

L'idée était d'inclure le lecteur dans la boucle de production de l’information et de rompre ainsi un rapport «hiérarchique» ou vertical. Ainsi, Rue89, cinq ans plus tard, a tenu sa gageure: devenir un lieu d’échange où les idées se confrontent, ou des solutions se côtoient et surtout où l’internaute a sa place.

Grâce notamment à son rachat en décembre 2011 par le groupe Perdriel – qui détient Le Nouvel Observateur – Rue89 se hisse aujourd’hui dans le peloton de tête et devient l’un des sites d’info les plus visités de France.

Le concept des 3 cercles

Les informations délivrées par Rue 89 émanent de trois voix: l’éclairage des journalistes, celui des spécialistes et enfin celui des internautes. Une partie du contenu de ce site gratuit et participatif est donc fournie par les lecteurs eux-mêmes.

Lieu de débat ouvert, libre et interactif, Rue89 a pour objectif de «prendre la température» sur des débats qui agitent l’actualité et apporter une information aussi complète que possible.

Pierre Haski décrit ainsi les trois cercles concentriques qui cimentent l’info de Rue89.

  • Le premier cercle est constitué par la rédaction, qui compte désormais une quinzaine de journalistes.
  • Le deuxième cercle est celui des «experts» bénévoles. Ces derniers tiennent un blog sur le site, qui leur donne une visibilité et un espace d’expression.
  • Le troisième cercle est formé par les lecteurs – ou les «riverains», selon le vocabulaire utilisé par la rédaction. Ils prennent part au processus éditorial en commentant l’actualité, en proposant des sujets d’enquête, en signalant des infos ou en participant en ligne à la conférence de rédaction du jeudi.

rue89

Le modèle économique

Le premier modèle adopté par Rue89 était somme toute assez classique et reposait sur une audience qui devait favoriser la vente d’espaces publicitaires. On estimait qu’un million de visiteurs uniques mensuels se traduirait par un million de recettes annuelles. Malheureusement l’exercice 2009 a démontré que cela n’avait rien de mathématique.

L’équipe a donc décidé de diversifier ses activités en créant des sites Internet et surtout en dispensant des formations à l’écriture Web.

De plus, Rue89 a inventé de nouvelles sources de revenus accessoires.

  • Le mur consiste pour les «riverains» et les amis du site à s’afficher sur une page dédiée, moyennant 15€ par an, pour une brique de 18 X18 pixels.
  • La plaque est un système de paiement par SMS de 1.50€ qui donne la possibilité aux commentateurs de montrer leur soutien en apposant une plaque à côté de leur pseudo sur le site.
  • Les subventions. Les fonds récoltés sont reversés à des projets financés à hauteur de 40% par Rue89. C’est le cas de la plateforme «J’aime l’info» qui permet aux blogs et aux sites d’information de lancer des souscriptions auprès de leur public pour financer des projets éditoriaux.
  • La revue89. Au printemps 2010, Rue89 a lancé la Revue89, un mensuel qui reprend une partie des articles publiés sur le Web. Cette version papier et payante devient également un excellent support d’annonces publicitaires.

La gestion de l’espace «utilisateurs»

L’enjeu était de taille: faire de l’information de qualité avec le média le plus rapide et le plus superficiel qui soit. Dans ce cahot créatif qu’ils ont provoqué, les rédacteurs de Rue89 sont devenus légitimes aux yeux de tous. Ils ont prouvé que sur le Web – le fastfood de l’info –  on pouvait également faire du journalisme d’investigation.

Ils ont su «dompter» une activité à 100% Internet et profiter de «l’intelligence collective». Ce concept n’est pas sans risque. Rue 89 en paie régulièrement les frais en accumulant procès et attaques. Gérer cet espace de liberté pour qu’il ne devienne pas une jungle où les lois sont transgressées est une gageure permanente.

Mais les usagers s’emparent du site et personne en définitive ne sait ce qu’il va devenir. A l’instar des réseaux sociaux, il échappe à ses concepteurs. Par exemple Twitter – dont les buts affichés étaient gentillets et insipides – est devenu un puissant outil d’information mondialement reconnu.

mur

Sources:

http://www.dailymotion.com (1)
http://www.journaliste-entrepreneur.com
http://www.dailymotion.com (2)
http://www.dailymotion.com (3)
http://www.dailymotion.com (4)
http://www.dailymotion.com (5)
http://www.youtube.com

 

Sources images:

www.journaliste-entrepreneur.com

http://perlbal.hi-pi.com


dossier préparé par:


Stefania Di Cecca, Jean-Marc Frainier, Abdoul Ghoudoussy Balde, Christian Riba, Lucie Rossique