Tous e-xperts, parce que nous le voulons bien | Janvier 2010


Le guide du petit valideur

Il existe plusieurs types de systèmes de validation de contenu sur le Web: le filtrage par le site lui-même, la signature d’un expert ou encore le choix de la majorité, pour n’en citer que quelques uns. Mais lesquels sont les plus fiables? Dans les méandres complexes de la crédibilité de l’information sur le Web, une chose est sûre, le risque zéro n’existe pas.

La marque, un indice de confiance


N’est-il pas plus rassurant d’acheter un objet sur eBay plutôt que sur un site inconnu dont l’origine se trouve en Azerbaïdjan? De se fier à Wikipédia plutôt qu’au blog d’un inconnu habitant au fin fond du Texas? De se référer au site e-Sens plutôt qu’au premier document quelconque trouvé via Google? La réputation et la notoriété d’un site sont des facteurs essentiels dans la construction de la confiance que nous accordons à son contenu. D’ailleurs, les entreprises l’ont bien compris, elles qui investissent dans leur marque institutionnelle pour gagner en notoriété. L’image de marque est garante de revenus futurs et permet de justifier le prix que nous allons payer.

Dans la vie réelle, la confiance se construit lentement, année après année: elle suppose une relation avec un passé, un présent et un futur. Sur le Web, tout va plus vite et, à ce titre, l’image de marque est primordiale pour la majorité d’entre nous car elle est le meilleur moyen de nous rassurer. C’est un peu la garantie que les promesses seront tenues. En d'autres termes, il faut inspirer confiance pour construire une image de marque et la marque, à son tour, permet renforcer cette confiance.

La force du groupe


Un autre mécanisme qui nous inspire cette confiance: la validation par le nombre. Son concept est simple et fait appel à l’instinct grégaire, plus populairement appelé « l’effet mouton ». Cette tendance de mimétisme du groupe pousse les individus à se ressembler et à adopter le même comportement. Cette approche qui consiste à faire confiance au plus grand nombre est un trait caractéristique de la vie en communauté ou en réseau. D’ailleurs, lequel d’entre nous n’a jamais dit un jour: «Je me joins à la majorité».

Le site Tripadvisor.com est un bon exemple de ce concept. L’évaluation se base sur divers critères notés par les internautes eux-mêmes: la chambre, la propreté, le check-in, les commodités business, l’accueil et le service. En plus de cette notation chiffrée, l’utilisateur a la possibilité de consulter des commentaires déposés par autrui. Et finalement, c’est souvent le nombre de commentaires positifs qui va faire pencher la balance.

L’importance de la réputation                                                                    


Des évaluations et commentaires anonymes permettent aux millions d’acheteurs et de vendeurs sur eBay de gagner la confiance des autres membres. Le « profil d’évaluation » de chaque membre est composé d’informations de base et d’évaluations (positive, négative ou neutre), stigmatisées par l’obtention d’étoiles de différentes couleurs. L’étoile symbolise notre réputation et notre expérience au sein de la communauté eBay.

La possibilité d’évaluer des intervenants sur une place de marché électronique accroît la confiance et l’efficacité des échanges ou des transactions. L’utilisateur dispose donc d'informations sur la réputation de tel ou tel vendeur ou acheteur et peut donc savoir quel crédit accorder à chaque évaluation. Par exemple, il n'accordera pas forcément la même valeur à une évaluation négative si elle est émise par une personne ayant un mauvais score.

Des utilisateurs expérimentés et accrédités


Wikipédia s'est propulsé, en deux ans, au 12e rang des sites les plus visités au monde, selon le baromètre alexa.com. Potentiellement, n'importe quel utilisateur d'Internet peut être un rédacteur bénévole de Wikipédia. Cependant il existe une «hiérarchie des pouvoirs techniques»: les utilisateurs enregistrés, les développeurs et les administrateurs dont la candidature a été validée par le collectif des contributeurs. Si Wikipedia est devenu plutôt fiable, c’est principalement à cause de son succès populaire, ses nombreux utilisateurs assurant une surveillance permanente. La collaboration et la multiplication des interventions (à partir de connaissances et de points de vue différents) sont garantes, selon les principes du wiki, d’une certaine neutralité et évitent les dérives sectaires, politiques ou marchandes, en donnant la possibilité à chacun de faire valoir ses arguments.

De plus, des dispositifs techniques ont été mis en place pour organiser cette auto-gestion, cette auto-régulation: une surveillance automatisée des modifications récentes, une surveillance manuelle, sur certaines pages des notifications comme « Vandalism in progress » sont utilisées, mentionnant l’adresse IP et le nom de l’utilisateur, ainsi qu’un verrouillage permanent (la page sur Hitler) ou temporaire (dernièrement la page sur Roman Polanski).

L’anonymat, vecteur de vandalisme


De nos jours, la majorité des sites à contenu comporte les filtres automatiques décrits ci-dessus qui sont des outils de base dans la lutte contre le vandalisme sur le Web. En effet, il n’est pas envisageable que le contrôle du contenu de sites tels que Wikipedia, e-Bay ou Amazon soient gérés uniquement par la main de l’homme. Cependant, nombre de contenus «non appropriés» ne peuvent être identifiés que par l’œil humain. Une des mesures les plus simples serait la suppression totale de l’anonymat et de ce fait la suppression d’une grande majorité des actes délictueux sur le Web. Un des désavantages de cette mesure est qu’elle constitue un frein à la liberté d’expression et au développement de certaines plateformes, notamment dans le e-commerce.

Le moyen le plus utilisé est une inscription grâce à l’enregistrement de nos données personnelles complètes et de notre adresse email. Cette méthode est efficace, mais elle n’évite pas les fausses identités. Un moyen plus contraignant, mais également plus efficace, serait une inscription nécessitant une identification à l’aide d’un document officiel tel qu’une carte d’identité. Sans en arriver à cet extrême, la validation d’une inscription via un lien inséré dans un e-mail envoyé au «candidat» ou un code à renvoyer par SMS est une pratique de plus en plus courante.

Sources :

http://pagesperso-orange.fr/cybermarketing/confiance.htm
http://www.temesis.com/ressources/articles/dossier-la-qualite-des-sites-web/comment-instaurer-la-confiance-sur.html
http://www.alexa.com/
http://www.alexa.com/siteinfo/http://www.wikipedia.org
http://www.cnrtl.fr/definition/Gr%C3%A9gaire
http://www.zataz.com/news/9305/602LAN-SUITE-Content-Filter.html


dossier préparé par:


Fabien Arévalo, Pierre Jean Duvivier, Lucia Fesselet-Comina, Loïck Mariette, Henry Martelet, Patrick Tharin