Tous e-xperts, parce que nous le voulons bien | Janvier 2010


«Chacun des individus qui composent la démocratie sera sans doute moins bon juge que ceux qui savent; mais,réunis tous ensemble, ils jugeront mieux ou du moins aussi bien.» L'auteur de ces lignes n’est pas l'un des fondateurs de Wikipédia mais Aristote, philosophe grec né bien avant notre ère. Une affirmation qui suffirait à faire de lui, à titre posthume, l'initiateur du Web 2.0! Car aujourd’hui, les messageries instantanées, forums, wiki, blogs sont autant d’outils qui mettent en e-musique son idéal démocratique. Avec à la clé de nouveaux repères, de nouveaux mécanismes de confiance et de validation des contenus.

«Internet, j’ai confiance parce que j’y partage une partie de ma vie, comme mes amis» déclare spontanément Adrien, 16 ans. Pour la génération Web, il est clair que chacun de nous fait partie du Grand Tout qu’est Internet.

Nous sommes des milliards à interagir sur le Web. On nous demande de voter, d’évaluer ou de donner notre opinion sur l’info du jour, le dernier bon resto branché que nous avons fréquenté, ou encore sur le vendeur avec lequel nous venons de conclure une bonne affaire.

Acteurs, nous partageons et enrichissons l'intelligence collective par nos simples actions au quotidien: lecture, consultation, contribution, diffusion. Ce trafic à lui seul permet aux sites visités de gagner en notoriété.

Nous nous prenons de plus en plus au jeu: nous donnons un avis, puis un deuxième. Et enfin nous collectionnons les trophées et devenons des e-xperts!

Toutes ces interactions forment un subtil système d’auto-surveillance, de validation et de crédibilisation de l’information qui génère de la confiance.

Vous en doutez? Et depuis quand peut-on mettre en doute des affirmations publiées sur un site cautionné par une université?


dossier préparé par:


Fabien Arévalo, Pierre Jean Duvivier, Lucia Fesselet-Comina, Loïck Mariette, Henry Martelet, Patrick Tharin