M-Marketing: des cibles touchées en plein coeur | Novembre 2008


Interviews de Philippe Gendret et Marc Lamarche, Edipresse Suisse

Phillipe Gendret, directeur du département Digital & Business Development chez Edipresse, expert dans le développement des activités digitales, et Marc Lamarche, Product Manager Mobile Media, nous livrent leur vision du Marketing Mobile, concept encore peu utilisé.

1. Le Marketing Mobile est-il un phénomène très important si l’on considère le taux de pénétration de ces terminaux et la passion des consommateurs pour leur mobile ?

En effet, le Marketing Mobile est un phénomène très important. L’Asie a 5 ans d’avance sur le marché des mobiles et pour la France, c’est seulement depuis 2 ans que les annonceurs ont de l’intérêt pour ce phénomène. En Suisse, les annonceurs sont encore frileux. Cependant, la sortie de l’iPhone en juillet 2008 a été un catalyseur pour les publicitaires et fournisseurs de services comme Edipresse. Le produit d’Apple est simple et tout le monde peut l’utiliser. A noter également que le prix de l’Internet Mobile est encore cher en Suisse et c’est un frein pour les consommateurs. lematin.ch a lancé très récemment un nouveau site optimisé pour les mobiles afin que l’utilisateur paie le moins possible.


2. Comment définiriez-vous le mobile par rapport aux autres médias ?

Le mobile est une extension de soi comme la voiture peut l’être. On a toujours sur soi son mobile, il fait presque partie du corps maintenant. Le mobile est très personnel et personnalisable au moyen de sonneries, de logos de couleurs, etc. Il est transportable partout et donc l’accès à l’information est constamment possible. Le mobile est contextuel pour la recherche de l’information (horaires de train, cinéma, etc.) et pertinent.


3. Les sociétés sont-elles nombreuses à s’engager dans des campagnes de Marketing Mobile ?

Pour l’instant, les sociétés ne sont pas nombreuses à s’engager dans des campagnes de ce type. easyJet est une des seules entreprises innovantes à utiliser le concept. C’est trop compliqué et les «média-planeurs» n’incluent pas encore le mobile dans leur campagne publicitaire. Migros par exemple n’a pas encore le «réflexe mobile».


4. A fin 2008, pensez-vous que toutes les conditions soient réunies pour permettre le développement de ce marché ?

Oui tout est en place pour en permettre le développement. Les fournisseurs sont présents et il faut que l’offre des services soit pertinente avec une communication simple. Avec par exemple, une annonce dans un journal culturel couplée avec une publicité par SMS. Il faut absolument utiliser toute la palette des services du Marketing Mobile.


5. Quels sont les 5 points forts du marketing mobile ?

1. il est direct: «one to one»
2. c’est un support à la personnalisation
3. il est contextuel et situationnel
4. c’est un catalyseur du datamining car c’est le moyen le plus puissant pour qualifier, comprendre, atteindre
5. il très utile à la gestion de la relation client


6. Comment favoriser le développement du marketing mobile ?

Il faut que les normes d’application et de services soient comprises par le client et par les annonceurs. Pour ce faire, les 3 acteurs suivants peuvent jouer un rôle important pour éduquer le marché et ainsi développer le marketing mobile :
- les opérateurs de mobiles qui doivent baisser leur tarif de communication SMS et MMS
- les fournisseurs de services (par exemple M-Paiement de PostFinance)
- les éditeurs/médias qui doivent expliquer le mode de fonctionnement d’un mini-site et combien cela coûte.

Ce sont ces acteurs qui pourront être des éducateurs de marché.


7. En termes de créativité, quelle est votre meilleure opération ?

La meilleure opération a été réalisée avec easyJet en novembre 2007 avec un concours dans Le Matin et Le Matin Bleu. Les participants devaient trouver des objets correspondants à une destination easyJet dans les pages du journal (call to action et MMS Catch).


8. Comment réussir sa campagne de marketing mobile ?

Pour réussir sa campagne de marketing mobile il faut :
- trouver le bon fournisseur de service mobile (par exemple Edipresse)
- proposer un produit ou un service innovant
- conquérir le client et surtout le fidéliser grâce à la qualité du datamining et des services transmis obtenir des statistiques pertinentes.


9. L’avenir du mobile: la 3e dimension avec la reconnaissance d’objet 3D avec un capteur d’image intégré dans le mobile ?
 

Pour l’instant, c’est encore de la science fiction. Cependant, il est fort probable que cela devienne l’avenir du mobile. A court terme, le futur c’est la géolocalisation avec par exemple des pages jaunes localisées, la reconnaissance des locataires d’un immeuble ou la réduction proposée par un coiffeur qui se situe à quelques centaines de mètres de vous.


dossier préparé par:


Juan Alvarez, Christophe Huybrechts, Céline Lopes, Eric Piguet, Samuel Rueff