Second Life: vos rêves deviennent-ils réalité? | Avril 2008


Interview Dr D. Zullino - Cyberdépendance

Dr Daniele Zullino, Médecin-chef de service, Service d'abus de substances, Département de Psychiatrie HUG, Genève. Dr Zullino a obtenu son FMH de Psychiatrie et psychothérapie et fut jusqu’en 2005 médecin associé au Département Universitaire de Psychiatrie Adulte, Division d’abus de substances et Unité de Recherche Clinique, et MER à la Faculté de Médecine et Biologie de l’Université de Lausanne. Depuis 2005 Médecin chef du Service d’abus de substances, Département de psychiatrie, Hôpitaux Universitaires de Genève et Privatdocent à la Faculté de Médecine de l’Université de Genève. Ses domaines de recherche principaux sont la pharmacothérapie et la psychophysiologie des addictions.

Quels sont les critères d'évaluation d'une pratique pathologique, quels sont les symptômes de la cyberdépendance ?

Dr Daniele ZULLINO: Comme toute addiction, les cyberdépendances se caractérisent par une focalisation croissante des intérêts et des activités sur la recherche et la consommation d'un produit. Dans le cadre des cyberdépendances, le produit est constitué par les connections et les applications internet. Les phénomènes cliniques qui accompagnent cette focalisation sont : la poursuite du comportement malgré des conséquences négatives, l'usage au-delà du temps, des situations et du contenu prévu par le sujet, des préoccupations obsessives concernant le produit, et comme élément central la perte de contrôle et l'automatisation des pensées et des comportements.

Quelle est la typologie des sujets cyberdépendants ?

Dr Daniele ZULLINO: Cette question sous-entend de répondre à deux sous-questions : qui sont ces personnes ? que font-ils ? Même s'il s'agit prioritairement de jeunes personnes tous les âges peuvent être concernés. Le profil (couche sociale, éducation, sexe, comorbidité, etc…) dépend par ailleurs fortement du collectif étudié. Si certaines études ont mis en évidence une corrélation entre des traits impulsifs, des symptômes dépressifs ou de phobie sociale d'une part et le diagnostic d'une cyberdépendance d'autre part, ces données n'ont pas été confirmées de manière consistante. Par rapport aux activités en ligne, on rencontre surtout des addictions concernant des applications interactives tels les jeux en ligne (par exemple World of Warcraft) et les « chats ». Par ailleurs toutes formes de pornographie et de jeux de hasard semblent particulièrement impliqués dans le phénomène.

Quels programmes thérapeutiques proposez-vous aux patients victimes de cyberdépendance ?

Dr Daniele ZULLINO: Les programmes thérapeutiques proposés aux patients cyberdépendants sont dérivés d'approches qui ont aussi montré leur efficacité dans d'autres domaines de l'addictologie, notamment les approches motivationnelles et cognitivo-comportementales. L'objectif de ces approches est de soutenir le patient à se réapproprier la décision consciente de ses actes et de cette façon de contrebalancer la perte de contrôle. Il s'agit là d'approches courtes, de 6 à 12 séances, intégrant une analyse du comportement, un travail de motivation au changement, et notamment la mise en place de stratégie de contrôle. A ce jour, il n'existe pas encore de traitement pharmacologique validé.

Selon vous, le phénomène "Second Life", présente-t-il une nouvelle particularité dans les mondes virtuels ?

Dr Daniele ZULLINO: Plutôt que de dire "Second life" présente une nouvelle particularité, on pourrait le considérer comme une manifestation plus explicite de phénomènes déjà présents dans d'autres applications (interactivité, avatars, échange virtuel, etc…).

Peut-on finalement percevoir des aspects positifs à une cyberactivité ?

Dr Daniele ZULLINO: Comme pour d'autres produits potentiellement addictogènes, un usage contrôlé peut dégager des avantages. Par ailleurs, les nouvelles technologies d'information dont fait partie internet, peuvent être utilisées comme moyen de traitement, de divers troubles dont les addictions elles-mêmes.

Réalisé par Valérie Débely


dossier préparé par:


Valérie Debély, André Koller, Christine Müller, Sandra Schneider-Branco, Deicy Tautiva Pulido