L'e-médecine met-elle en danger la crédibilité des médecins? | Janvier 2006


Un regard sur l'e-médecine par la présidente de la fondation HON

Madame Celia Boyer est la présidente de HON, un organisme qui certifie les sites traitant de la santé sur Internet. Fondation à but non lucratif créée en 1995 qui a pour mission de guider les utilisateurs de l’Internet qui n’appartiennent pas au domaine médical ainsi que les professionnels de la santé vers des sources d’informations utiles, fiables et crédibles.

Comment voyez-vous l’avenir de l’e-médecine à moyen terme ? Quels sont les outils ou les nouvelles technologies qui vont le plus rapidement se développer?

Il y a un réel besoin et l’e-santé va croître. Quand on parle de l’e-santé on comprend l’e-maladie et on cherche des maladies. Le risque c’est la profusion et de ne pas savoir si l’on peut faire confiance au contenu. Le Wellness, la prévention et la promotion de la santé sont des domaines qui ont un potentiel de développement. L’e-consultation avec le suivi de son médecin traitant va se développer dans le futur. Je vois l’Internet dans ce domaine comme un outil qui favorise les synergies entre l’hôpital, le médecin, la pharmacie et le patient en créant un réseau qui y met le patient au centre.

Pensez-vous que l’e-médecine aura tendance à améliorer ou plutôt à dégrader la qualité des soins?

Si le médecin prend l’Internet comme un atout. Si le patient arrête d’essayer de «challenger » son médecin et si en plus la communication s’améliore alors cela peut améliorer la qualité des soins. Les médecins qui sont réticents ont leurs raisons, ils voient arriver des patients avec des documents retrouvés sur Internet qui laisse à désirer. Grâce au réseau Internet, le savoir-faire des spécialistes peut être utilisé au niveau mondial, pour des opérations faites à distance avec du matériel hautement technologique, par le flux d’informations échangées en temps réel ou sur des bases de données. Cette rapidité et cette concentration du savoir, fait gagner du temps et sauve des vies supplémentaires.

A votre avis quelle influence aura l’e-médecine sur les coûts de la santé?

La prévention, l’information devraient diminuer les coûts de la santé, le fait d’être à l’écoute de son corps et d’y être attentif améliore la santé en général. Le danger est que trop d’informations peut semer le trouble, augmenter des réactions d’hypocondriaques et le nombre d’avis médicaux successifs. Ces réactions face à un nouveau média, iront, avec le temps en diminuant.

De votre point de vue peut-on assurer la confidentialité sur l’Internet? (Protection des données, secret médical)

Les risques de la confidentialité des dossiers numérisés sur les dossiers « papier » ne sont pas plus élevés que par le passé avec les méthodes d’archivage traditionnelles grâce aux progrès fait dans les domaines du cryptage. Que les dossiers médicaux soient informatisés ou sur Internet ceci ne change rien les données sont cryptées et donc protégées.

Pourquoi faut-il des labels d’accréditation dans l’e-médecine?

Quand on cherche des informations sur ces sujets avec un moteur de recherche, on ne peut pas juger la qualité de l’information, sa véracité selon l’ordre de classement des données. Par manque d’informations importantes on ne peut pas avoir confiance, on ne sait pas qui édite le document ? comment le document est rédigé ? la date de l’information ? est-elle toujours d’actualité ? qui finance le site ? est-ce que l’information en question est une publicité cachée ? Développer un label permet de rendre transparent l’aspect opérationnel et donne des réponses à ces questions en rendant crédible l’information sans avoir à la juger.

De quelle garantie bénéficie l’utilisateur quand il voit le Label HON ? D’un point de vue moral mais aussi d’un point de vue juridique?

Le Webmaster du site a fait lui-même la démarche de l’accréditation, le site respecte la charte de qualité du label. L’accréditeur ne juge pas le contenu mais contrôle et assure la crédibilité de l’information. D’un point de vue juridique le responsable des sites est le garant de l’information qu’il publie même si le site est accrédité.

Comment se déroule la procédure de certification d’un site et quel est l’intervalle des contrôles pour qu’un site puisse conserver sa labellisation?

Le Webmaster fait la demande. Celle-ci est ventilée vers un réviseur compétent qui va juger le site et faire un inventaire de ce qui existe, de ce qui manque, de ce qui n’est pas complet. Exemple: une information est publiée avec comme référence le «national cancer Institute» comment fait-on pour trouver l’article en question, s’il n’y a pas de lien ou une référence plus précise. Quand le site a apporté les modifications demandées un autre réviseur refait une analyse. Si le site est conforme, il reçoit le Label. Une révision est effectuée une fois par année et doit correspondre aux critères pour conserver son accréditation.

HON offre-t-il des services spécifiques aux utilisateurs des sites de médecine et de santé en ligne?

Outils de recherche, sites d’utilité publique ou de prévention comme www.santeromande.ch qui va bientôt voir le jour ou comme www.stop-tabac.ch qui existe déjà depuis quelques années. Un projet en cours de réalisation a pour but de favoriser la lisibilité des sites pour les malvoyants avec par exemple, les polices de lettres à utiliser, la grosseur des lettres préconisées ou, quel contraste de couleurs est le plus approprié etc.

Le site:
www.hon.ch


dossier préparé par:


Stephan Buchser, Bernadette Maitre, Catherine Monney