L'e-médecine met-elle en danger la crédibilité des médecins? | Janvier 2006


L'e-médecine sous un microscope

Les NTIC bouleversent le monde de la santé! Interconnexions des sphères: les patients et internautes accèdent plus facilement aux informations médicales alors que les médecins connaîtront bientôt leurs patients aussi sous forme électronique. Les barrières du savoir ne sont plus aussi rigides. Alors l’e-médecine: données utiles, sujet sensible… qu’en-est-il?

Internet et la qualité de l'information

La médecine traditionnelle est chamboulée par Internet. Les patients accèdent via le Web à une gigantesque source d’informations sur les maladies qu’elles soient graves ou bénignes. La relation entre le patient et son médecin change de manière très importante. Le monde médical constate que les patients veulent être plus autonomes face à la maladie. Ils sont demandeurs d’informations. Par contre, le patient même avec plus d’informations n’est pas forcément mieux renseigné. Il faut rester méfiant quant à la qualité des informations sur le net.

Le net regorge de portails d’informations médicales proposant des encyclopédies, des guides du médicament, etc. Les internautes peuvent poser des questions par e-mail. à des personnes compétentes (médecins, pharmaciens). Les médecins reçoivent des patients persuadés d’être parfaitement informés sur leurs maux. En fait, bien souvent ils disposent d’informations biaisées ou qu’ils ont mal interprétées, ce qui peut engendrer un stress ou une angoisse inutile. Comme dit l’adage : Trop d’informations tuent l’information…

L'accréditation des sites médicaux.

«HON – Health on the net» est un organisme qui s’occupe de l’accréditation des sites médicaux sur la toile et délivre des labels. Beaucoup de voix se sont élevées contre cet organisme quant à la fiabilité d’une telle certification. Une fois certifié, le contenu d’un site continue à s’étoffer. L’évaluation des nouvelles pages est donc laissée au libre-arbitre et à l’esprit critique de l’internaute. En réalité, le rôle de HON n’est pas de juger le contenu d’un site mais de contrôler la crédibilité de l’information. Il va s’assurer que les références mentionnées sur un site sont crédibles et fiables. Sur le plan juridique, le concepteur du site reste responsable du contenu même après une labellisation. Une revue du site est faite une fois par année par HON.

Le dossier médical électronique

A l’avenir, le patient pourra donner l’accès à son dossier médical complet à ses différents médecins. Celui-ci se trouvera dans une base de données hautement sécurisée. Il pourra être mis à disposition par le patient à l’aide d’un appareil de lecture et de sa carte patient. Celle-ci fonde bien des espoirs, dont celui de faire baisser les coûts de la santé. Elle permettra d’éviter des doublons dans les consultations et contiendra toutes les données vitales (groupe sanguin, allergies, les données des traitements et de médication, etc. Le médecin s’identifiera au moyen d’une « Health Professional Card » (carte-santé professionnelle) pour accéder au dossier médical de son patient. La prescription de médicaments sera automatiquement confrontée à une éventuelle contre-indication grâce aux informations de la base de données. L’ordonnance prescrite sera enregistrée dans le dossier électronique. La pharmacie qui délivrera le médicament accédera à l’ordonnance grâce à la carte-patient. Toutes les technologies relatives à la carte-patient existent déjà. Les grands obstacles à sa mise en place sont d’origine politique mais aussi humaine. La sécurité des données patients est l’élément-clé et doit être placée au centre des débats.

Les avantages du net pour les patients

Internet permet par exemple à des diabétiques de suivre au quotidien leur traitement via une interface Web. Le médecin traitant peut suivre l’évolution de la maladie de son patient et son traitement à distance. Le patient rentre ses données (doses d’insuline, mesures de glycémie) tous les jours sur la plateforme qui sont transmises directement au médecin. En cas d’irrégularité dans les résultats, ce dernier peut envoyer un message à son patient (par e-mail, SMS ou téléphone). Ce système permet une meilleure observation et une adaptation très rapide du traitement. On parle aujourd’hui de « patient relationship management » (gestion de la relation patient) dans le monde médical.

Les projets e-health dans les cantons

La carte-santé du Tessin

Le Tessin a lancé un projet-pilote intitulé « Rete Sanitaria » en novembre 2004. Il s’agit de l’introduction d’une carte santé auprès de 2'500 volontaires dans la région de Lugano. Les premiers résultats ont dépassé les attentes. La participation des partenaires médicaux (pharmacies et cabinets médicaux) a été forte alors que celle des patients correspond aux prévisions. Les médecins ont montré un intérêt évident pour cette carte-santé qui leur permet de partager l’information sur leurs patients de manière efficace. Seul le temps nécessaire à l’enregistrement des données de base du patient (historique médical) est jugé trop long (15-20 mn). Les patients dont l’état de santé est critique y sont très favorables, car elle leur garantit une augmentation de la sécurité de leur suivi médical. Les personnes en bonne santé ont plutôt relevé l’aspect de la protection de la sphère privée lié à cette carte.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site suivant:
http://www.retesan.ch

D'autres projets

D’autres cantons tels que Genève et St-Gall sont également entrain de mettre sur pied des projets e-health similaires. Après 7 ans d’attente, le projet genevois a été accepté par le Conseil d’Etat en septembre 2005. A St-Gall, le dossier médical électronique et la carte-patient devraient être mis en place d’ici la fin 2007.

Un cabinet médical aujourd'hui

Internet est une source d’informations importante pour les médecins. Il leur permet de faire de la recherche de documentations spécifiques sur des sites spécialisés et d’accéder à la formation continue. Les nouvelles technologies au sens large ne sont plus réservées uniquement à la gestion administrative du cabinet. Elles permettent par exemple au médecin d’affiner un diagnostic ou de pratiquer des interventions qui réduisent la durée de convalescence et de rééducation du patient, etc.

Par contre, il est évident qu’Internet ne remplacera pas le réconfort que peut apporter un médecin à son patient. La dimension humaine restera un élément fondamental dans l’esprit du patient…On ne peut que s’en réjouir d’ailleurs!

Sources:
http://www.geneve.ch/sante/avantprojet/etoile.html
Congrès eHealthcare, le 25-26 octobre 2005: http://www.ehealthcare.ch Conférence de Gérard Gobet, Directeur Fondation Iris Genève sur le « Réseau communautaire d'informatique médicale; analyse des facteurs clé de succès pour le projet.“
Infosociety.ch newsletter – Avril 2005 : e-santé en Suisse : premiers résultats de l’expérimentation de la carte de santé dans le canton du Tessin.
E-Health-Strategie für die Institutionen im Gesundheitswesen des Kantons St. Gallen – Verein für Informatik im Gesundheitswesen (VIG) – April 2005
La bioéthique en questions: „Ethique de l’Internet santé » - Philippe Eveillard – Editions ellipses 2002
Diabcarnet : outil de suivi médical en ligne des diabétiques – le Journal du Net – 14.06.2004
Doctissimo : équilibre atteint – Le Journal du Net – 08.06.2004
Gesundheitskarte – Kleine Karte, grosse Wirkung – HandelsZeitung – 31.08.2005
Pfizer France – Un laboratoire se doit d’exister sur tous les territoires de communication, y compris le web – Le Journal du Net – 03.11.2003
Astra Zeneca éduque les patients en ligne – Le Journal du Net – 21.06.2004.



Réalisé par Catherine Monney


dossier préparé par:


Stephan Buchser, Bernadette Maitre, Catherine Monney